Soul Cathartique

SAMEDI 29 FEVRIER

Sur son premier album “Free Me”, le natif du Burundi J.P. Bimeni impressionne par une voix qui rappelle les débuts d’Otis Redding et dans laquelle résonne l’âme de l’Afrique. Les chansons d’amour et de perte, d’espoir et de peur de Bimeni, émigré à Londres sous le statut de réfugié au début des années 2000, sont portées par une conviction qui émane des expériences extraordinaires que la vie lui a réservées. Porté par un groove qui rappelle les classiques des années 60 de Stax et de la Motown, l’album a été écrit et composé par le directeur musical Eduardo Martinez et le songwriter Marc Ibarz. Bimeni imprègne les compositions de son expérience tragique, faisant de “Free Me” la bande originale de sa vie. Des jams funk enlevées succèdent à des ballades soul chaleureuses, le tout sublimé par une touche africaine.

Le soulman burundais ressuscite les fantômes d’Otis Redding et de Charles Bradley. La soul peut compter sur un nouveau souverain. - L’Express

War e albom kentañ « Free Me » e ra J.P. Bimeni, paotr ar Burundi, ur sapre efed gant ur vouezh a laka da soñjal e Otis Redding evel ma oa da gentañ.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ils sont destinés à assurer son bon fonctionnement, à faciliter votre navigation,vous permettre d'interagir avec les modules sociaux, réaliser des statistiques de visite.
J'accepte